Qu'est ce que le yoga ?

Si le monde du yoga paraît parfois compliqué et fermé aujourd’hui avec toutes ces traditions différentes affichées, c’est un peu dommage. Mais on peut aussi voir cela comme une façon de répondre aux différentes attentes de chacun : chacun peut choisir l'approche qui lui convient le mieux.

 

Dans tous les cas, le yoga a beau évoquer l'exotisme de l'Inde, il est en fait universel et ses clés sont déjà présentes en chacun de nous. Il faut juste nous aider à les redécouvrir.Le yoga est praticable par tous, et de façon très simple. Tous les jours si l’on veut, et tout seul aussi.

On a parfois une idée assez floue de ce qu'est le Yoga, alors je vous propose d'en brosser un petit tableau, en partant du général pour aller vers le Hatha Yoga, couramment pratiqué, puis vers le courant dans lequel j'ai été formée.

Généralités

Le mot "Yoga" a la même origine que le mot "Joug" et sous-tend toujours une notion d'union. Union entre le corps et l'esprit communément chez nous, mais aussi union entre l'esprit individuel et l'Esprit Universel. En effet, le yoga est à l'origine une philosophie et une démarche spirituelle.

 

Le Yoga vient donc d'Inde et date de quelques millénaires - on l'estime vieux d'environ 4000 ans, même si évidemment on ne peut être très précis sur ses origines. Quelques textes font référence, comme les Védas, textes révélant la "connaissance sacrée", à l'origine entendus par les Rishis (sages) puis transcrits au fil des siècles, ou les Yoga Sutras attribués à Patanjali et datant du IIème siècle avant JC, ou encore le Hatha Yoga Pradipika, datant du XVème siècle.

 

D'après le tout début des Yoga Sutras, "Yoga Citta Vritti Nirodaha" (verset 1.2), le yoga est la cessation des fluctuations de l'esprit. Pourquoi ? Parce que cet apaisement de l'activité mentale permet d'accéder à une autre dimension, que l'on peut qualifier d'ordre spirituel (esprit) ou divin (pour certains). Mais attention, il n'y a pas de notion de religion dans le yoga. Ce calme de l'esprit permet simplement d'accéder à ce qui est plus grand que nous, la nature, l'univers, le vide, le rien, le tout, la conscience, le soi, le Soi, la Conscience ... Chaque chemin est personnel.

 

Il existe différentes voies du yoga, qui visent toutes à cette union avec le "divin". Ainsi, le Jnana yoga est le yoga de la connaissance, le Bhakti yoga celui de la dévotion, le Karma yoga celui de l 'action désintéressée et du service, etc.

 

Dans le monde occidental, on va rarement jusque là. On envisage plutôt l'union du corps et de l'esprit, voire même du corps et du mental. Et cela est déjà très important. Car la prise de conscience du corps, puis de notre activité mentale, et enfin de l'impact de l'un(e) sur l'autre permet d'en atténuer les effets et d'améliorer notre quotidien. On a plus de recul et on peut "reprendre la main".

 

Le Hatha Yoga

Le Hatha yoga correspond au yoga que l'on pratique en général chez nous. C'est la partie physique du yoga, avec des postures (asanas), de la respiration (pranayama) et un peu de relaxation et de méditation.

 

On reste dans cette idée d'unir, puisque Ha signifie le soleil et Tha la lune. Le Hatha yoga est donc un travail sur les opposés, un travail d'union ou d'harmonisation, de nos qualités solaires (masculines) et lunaires (féminines). C'est aussi l'harmonisation entre l'activité et la détente, la droite et la gauche, les zones tendues et les zones "ouvertes", le souffle et le mouvement, l'inspiration et l'expiration, et l'on pourrait continuer encore longtemps... En tous cas, l'idée est de décloisonner et d'aller vers plus de fluidité.

 

Dans les postures, on travaille la fluidité, mais aussi l'alignement, la force et la souplesse. Les postures sont de difficulté très variée mais permettent toutes de prendre conscience de son corps et de la façon dont il est "organisé" : les muscles, les articulations, les circulations. On apprend ainsi à reconnaitre les espaces, les tensions, et à se tenir de manière à éviter et/ou à soulager les blessures et les douleurs du quotidien, à retrouver de l'espace. Par ailleurs, la pratique permet de développer tonus et flexibilité musculaires, tout aussi bénéfiques qu'un alignement correct, puisqu'ils permettent de le maintenir. Contrairement aux idées reçues, il n'est pas nécessaire d'être déjà souple ! D'une part le manque de souplesse vous permettra d'être au plus proche de vos sensations, et d'autre part, vous pourrez profiter d'une progression plus rapide ! Au fur et à mesure de la pratique, on pourra aller vers des sensations de plus en plus fines et différenciées dans le corps. Un corps que certains pourront peut-être même découvrir !

 

Le travail de la respiration permet d'affiner cette conscience du corps - les sensations sont beaucoup plus légères - et aussi d'aborder la présence aux émotions. Vous avez en effet dû remarquer que la peur suspend votre respiration. Vous avez peut-être moins remarqué que le stress la modifie en vous entrainant dans une respiration courte et haute avec parfois aussi de longues apnées... Si les émotions ont un impact sur la respiration (et sur le corps), le contraire est aussi vrai : on peut utiliser la respiration (le corps) pour influer sur nos émotions. Le plus souvent, la pratique d’exercices respiratoires en yoga apporte calme et détente, puis permet cet affinement de la conscience. Mais il existe aussi des techniques de respiration pour se réchauffer ou se refroidir, utiles dans d'autres circonstances.

 

La méditation permet de développer cette capacité à prendre conscience. On peut distinguer d'autres niveaux, mais ce premier travail d'écoute et de prise de conscience peut durer un certain temps déjà ! Il permet de se (re)trouver, et c'est déjà un grand bonheur.

 

Il y a toujours un temps, même petit, de relaxation. En effet, Savasana est toujours la dernière posture du cours, et c'est une des plus importantes ! C'est une posture d'intégration, qui permet de profiter pleinement de toutes les postures pratiquées avant. Elle contribue aussi à équilibre dans la prartique les phases d'activité et de détente.

On parle de Yoga Nidra quand la relaxation est plus longue et guidée, avec le respect d'un certain nombre d'étapes.

 

Le ISHTA Yoga (ma formation initiale)

ISHTA est un acronyme pour « Integrated Science of Hatha, Tantra and Ayurveda ». L’ISHTA Yoga est donc une forme de Hatha yoga qui incorpore des principes de Tantra (philosophie indienne) et d’Ayurveda (médecine traditionnelle indienne).

 

L'idée du Tantra ici ? Tout est déjà là, on est déjà arrivé... Une approche très positive donc. Quant à l'Ayurveda, il s'agit de prendre en compte l'équilibre des natures de chacun (doshas) pour adapter les pratiques physiques, respiratoires et méditatives.

 

Mais en sanskrit, « ishta » veut aussi dire « individualisé » , et l’ISHTA yoga est un yoga qui s’adapte à l’individu.

 

En ISHTA Yoga, on va donc chercher à trouver une pratique qui convienne à chacun. Au niveau des asanas par exemple, peu importe d’arriver à faire une posture comme on les voit dans les livres, ce qui compte, c'est de faire la posture au mieux avec ses données personnelles (condition physique, forme et humeur du jour, etc.). La posture juste est la posture juste pour nous.

 

Ainsi, certaines postures conviennent à certaines personnes mais pas à d’autres :

 

- Soit parce qu’elles ne s’adaptent pas à leur condition physique. Ainsi une personne avec une hernie discale ne pourra pas faire certaines flexions traditionnelles, avant ou arrière (selon le type de hernie), une personne très peu souple ne pourra pas toucher le sol des mains, etc. Dans ces cas là, on va proposer une posture modifiée à la personne, de façon à ce qu’elle puisse quand même la réaliser et en avoir les bénéfices. La modification sera soit dans la structure même de la pose (ex genoux pliés dans une flexion avant), soit par l’utilisation d’accessoires (blocs, coussins).

 

- Soit parce qu’elles ne correspondent pas l’individu au niveau énergétique. Le jour où l’on arrive en cours de yoga très énervé, il vaut mieux une pratique physique et un peu statique qui va nous aider à canaliser notre énergie plutôt qu’une pratique très mobile qui va générer plus de chaleur et d’énergie et nous disperser encore plus.

 

 

Je propose donc très souvent des modifications dans mes cours, pour que chacun puisse avancer au rythme qui lui convient. La même logique est appliquée au niveau des exercices respiratoires ou de méditation.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
A Chacun son Yoga - 2016